SpylandC’est leur dernière trouvaille et les uns et les autres de s’extasier. «  Ce sera formidable (…), Calais a particulièrement besoins de ces centaines d’emplois (…), de nombreux hôtels restaurants (…), des animations innovantes (…) » Evidemment, pour mettre en avant la solidité de ce nouveau projet, il importe de commencer par dénigrer le seul projet ayant été exposé sur la zone du Virval : Victory Parc (un parc à thème sportif dans la perspective des Jeux Olympiques, couplé à la reconstruction du Carrefour Beau-Marais, permettant ainsi de réaménager le cœur du quartier du Beau-Marais en lui offrant un centre à taille humaine). Leur projet se fera, alors que l’autre s’est lamentablement vautré ! Les journalistes évidemment de rendre compte en oubliant de signaler (ce que nous écrivions dans le rusé n° 5 de juin 2008, consultable sur le blog du Rusé) : « (…) plus grave, la décision non anodine de refuser l’installation de Carrefour et Victory Parc, fait pour le moment perdre une recette de 220 000 m2 à 80 euros le m2 soit la bagatelle de presque 18 millions d’euros… ». Ainsi donc le précédent projet n’est-il pas mort de sa belle mort, mais a-t-il été enterré par Natacha Bouchart et Philippe Blet.

Depuis, la zone est toujours vide, la recette évidemment a été perdue, aucun emploi n’a été créé, aucun impôt foncier forcément perçu… Mais cette fois-ci c’est sûr, ils tiennent le bon projet.

« Spyland » : un parc d’attractions tournant autour du thème des agents secrets. Un parc à dimension européenne (1,5 millions d’entrées visées la première année). Les animations seront à destination de toutes les tranches d’âges et tout sera mis en œuvre pour que le public passe au moins deux jours sur le site. Bien évidemment les partenaires du groupe qui coordonne le projet sont parmi les meilleurs au monde. Le projet n’est plus sur la 3 D, mais sur la 5 D voire la 6 D… Les journalistes de s’interroger alors : « Spyland essaye de s’implanter depuis 10 ans à Valence, Aix en Provence, en Espagne pourquoi ces installations ne se sont-elles pas faites ? » Le responsable du projet de répondre : « l’idée de Spyland est née il y a 12 ans… Vous savez, Disney a mis 16 ans avant de s’installer à Marne-la-Vallée. Toutes ces années ont permis au dossier de s’affiner. Aujourd’hui le dossier est mature, il est à deux doigts de s’implanter... » Quant à savoir si le lieu choisi sera Calais, rien n’est moins sûr, plusieurs autres sites étant encore dans la course.

Pour ce qui nous concerne, nous n’évoquerons que des réflexions de fonds et ne ferons aucun commentaire désobligeant sur l’idée, après tout elle a le mérite d’exister. En pleine crise mondiale, alors que le secteur des loisirs reporte à plus tard de nombreux investissements, des investisseurs seraient prêts à investir des centaines de millions d’euros dans un projet qui n’a jamais été programmé pour ce territoire ?

Alors que de très grosses agglomérations ont finalement décliné la proposition, seul le Calaisis apparaitrait en mesure de pouvoir accueillir ce projet : pas la région lilloise, pas la région lyonnaise ? Alors que l’ensemble des parcs à thèmes européens subissent de plein fouet la crise par un recul de fréquentation, que le Calaisis a vu le nombre de britanniques visitant son territoire diminuer de manière importante, il serait écrit que demain (en 2015) 1,5 millions de visiteurs pourraient venir ESPIONNER ?

Quand on sait ce que les pouvoirs publics ont dû investir pour accueillir Disney, le Calaisis serait en mesure de soutenir un effort d’aménagement à la hauteur du projet ?

Après le jardin qui est resté Virtuel, l’homme qui est demeuré Transparent, souhaitons que le contre-espionnage russe ne fasse pas disparaître notre espion. Une chose apparaît toutefois évidente, avec le recul du projet Port 2015 qu’on annonce aujourd’hui pour 2018-2020, avec les soucis de nombreuses entreprises du Calaisis (dont SEAFRANCE), même avec OSS Natacha (et non pas SOS) on est encore très loin des milliers d’emplois promis.

Pour ceux qui voudraient se documenter sur les promoteurs de Spyland et sur la supposé capacité à faire, c’est possible en allant sur internet. Chacun se fera alors sa propre idée.