Encore une demi page pour « dézinguer » l’ancien maire de Calais ce dimanche dans Nord Littoral. Alors qu’il n’est même pas candidat aux prochaines élections… Heureusement que Jacky Hénin est là, sinon on se demande bien ce qu’ils mettraient dans leurs colonnes chaque semaine. En manque d’inspiration ?

Arrêtez de ramer Cet acharnement contre Jacky Hénin de la part d’un quotidien anti-communiste et qui s’en revendique comme tel, est tellement consternant qu’il se passe de commentaire. Ah si, un quand même : celui de cette lectrice du Rusé qui a eu cette phrase lapidaire : « Nord Littoral à force de s’enfoncer, ils vont finir par s’enliser. » Bon ben ça s’est fait…

Jamais contents Lorsque PS et PC ne font pas alliance, dès le premier tour, lors d’échéances électorales, c’est qu’ils n’ont rien compris. Voire que les cocos (forcément les cocos…) sont trop stupides pour comprendre où est l’intérêt commun. Lorsque PS et PC se rassemblent dès le premier tour, comme pour les prochaines élections cantonales, c’est (forcément) une alliance de circonstance qui ne doit rien à… Finalement quelle que soit l’option prise par les deux formations politiques, ça ne va jamais. Plus sérieusement, on comprend que ça ne plaise pas trop (voire pas du tout) à droite : la gauche unie les met grandement en danger.

Et c’est parti… Ça y est, le premier étage de la fusée est parti. Et c’est Pierre-Henri Dumont, maire de Marck et bras armé de Natacha Bouchart qui a fait office de détonateur. Car son attaque envers l’état des finances de l’agglo, outre de dénoncer des faits que d’autres ont déjà soulignés depuis longtemps, est loin d’être anodine. En arrière-plan, c’est bien Philippe Blet, qui est visé. Il s’agit d’affaiblir le président de l’agglo afin de commencer à préparer le terrain à la maire de Calais. C’est que, l’air de rien, 2017 se rapproche chaque jour un peu plus. Et qui dit 2017 dit… interdiction du cumul des mandats. Et il y a fort à parier que le moment venu Natacha Bouchart préfèrera « sacrifier » son poste de maire (pour lequel elle a déjà choisi son poulain) à celui de sénateur bien plus rémunérateur. Elle pourra alors tranquillement prendre les commandes de l’agglo, les fonctions de président(e) d’une collectivité territoriale n’étant pas concernées par la règle du cumul. Autrement dit, d’ici là, tout va être fait pour mettre Philippe Blet en position délicate afin de pouvoir, le moment venu, lui asséner le coup de grâce. Mais de tout cela, nous ne doutons pas que le président de l’agglo, en grand tacticien politique qu’il est, a déjà bien pris conscience. Ou pas…