Il arrive que la justice soit (très) sévère (comme celle qui a condamné à de la prison ferme les salariés de Goordyear)… Il arrive aussi qu’elle soit plus humaine. Comparaissant jeudi dernier devant le tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-mer pour avoir voulu faire passer une jeune afghane de 4 ans en Angleterre, Rob Lawrie, ressortissant anglais, a été condamné à 1000 € avec sursis. Seulement serait-on tenté de dire, car cela aurait pu être bien pire. Le tribunal a manifestement compris que Rob Lawrie n’était pas un passeur qui cherchait à s’enrichir sur le dos de ces migrants, mais simplement un homme ému par la situation de cette famille qui vit dans la boue, le vent, la pluie et le froid depuis des mois.

La mémoire qui flanche Ce lundi 18 janvier, une délégation de marins de MY FERRY LINK, accompagnée de leurs avocats, était reçue au ministère des Transports, à Paris. Une réunion prévue dans le cadre des accords de sortie de conflit pour faire un point d’étapes des engagements de chacun. Une rencontre rendue par ailleurs indispensable suite à la décision de la Cour suprême britannique (du 16 décembre 2015), qui allait dans le sens de la commission de la concurrence dans le procès qui l’opposait au groupe Eurotunnel. En effet, à la suite de cette décision, le groupe Eurotunnel annonçait qu’il renonçait à son projet de maintenir l’exploitation du Nord-Pas de Calais, rendant par la même occasion caduques les engagements pris en matière d’emplois. Une lecture particulière du groupe Eurotunnel, car rien dans le jugement (de l’avis des syndicats) n’interdit à la société Franco-Britanniques d’exploiter le NPDC. L’occasion était donc bonne pour faire le point des engagements de chacun en matière d’emplois, mais également pour éclaircir les choses. Au moment où nous mettons la dernière main à ce numéro, il apparaît que la réunion n’a pas été constructive, ce qui pourrait bien déclencher des réactions en cascades. Actions judiciaires évoquées contre Eurotunnel auprès du Tribunal de commerce de Paris, actions revendicatives fortes à venir pour rappeler à chacun le sens de ses engagements.

Quand le port va mal… Les chiffres ont été publiés cette semaine. Jusqu’à la moitié de l’année, la situation était tout à fait convenable. Le nombre de passagers était en augmentation de presque 2 %, le nombre de voitures aussi un peu plus de 3 %, quant aux camions ils enregistraient une progression importante de l’ordre de 7 %. Le conflit né de la décision d’Eurotunnel de saborder la société MFL, contre tous les engagements pris jusqu’alors, a remis en cause cette évolution positive. L’arrêt de MFL, le blocage du port en réaction, ont amené à un recul considérable des chiffres. - 27 % pour le nombre de voitures transportées, -25 % pour le nombre de camions en juillet, sont les signes majeurs d’un été réellement pourri. La crise migratoire qui s’est aggravée ensuite, aura, elle aussi, eu des conséquences sur l’activité portuaire. Cerise sur le gâteau, les multiples charges de la presse britanniques contre notre région et son port, amèneront de nombreux touristes britanniques à aller voir ailleurs. Les résultats sont donc négatifs, même si le trafic fret est resté stable. Il manque en effet 1 million de passagers et les voitures qui vont avec. Le démarrage de 2016 est poussif du point de vue du tourisme, alors même que le problème migratoire reste entier, quant au trafic fret il semble partir sur de bonnes bases, ce qui laisse clairement apercevoir que pour le tourisme c’est davantage une question de perception qu’une réalité difficile.

On s’en fout On a appris que Pierre-Henri Dumont pourrait être candidat aux législatives en 2017.