Il n'y a pas de sous à l'agglo. Pas de sous pour régler les factures de certains fournisseurs, quitte à mettre en péril leur activité. Pas de sous pour répondre aux besoins courants des services, au point qu'après le PQ, c'est le papier tout court qui dernièrement était devenu denrée rare dans les services. Aujourd'hui ce sont les commandes courantes d'enveloppes, mais aussi de produits d'entretien qui sont bloquées depuis des semaines, histoire de reporter la dépense à plus tard. Beaucoup plus tard...

Pas de sous pour réparer ici un équipement d'assainissement dont la panne peut avoir de graves conséquences, là la porte d'un bâtiment qui sans être d'une urgence vitale, est tout de même très dommageable (ne serait-ce que parce que le chauffage s'enfuit dans la rue, ou lieu de chauffer le bâtiment...).

Bref, il n'y a pas de sous. Sauf... pour la présidente. Qui a manifestement des goûts de luxe en matière de déco. Car Mme Bouchart n'a pas souhaité "se contenter" du bureau de l'ancien président lorsqu'elle a pris la tête de l'agglo. Non, elle y a préféré le bureau du DGS qu'elle a fait refaire à son goût. Et figurez-vous que, rien que pour le papier peint, la facture s'élève à 4000 €. Pour un bureau d'une trentaine de mètre carrés, ça fait (très très) cher le rouleau. C'est pas chez Leroy Merlin que vous trouverez de tels prix... Moralité : y a des sous pour ce que l’on veut bien. Et le service à la population, le travail des agents, ne semblent pas être la priorité. Elle peut essayer d’affirmer le contraire lors de ses vœux au personnel, ça ne prend pas…

Cérémonie boudée

Ils avaient pourtant fait le maximum pour attirer les foules. Mais en vain. A peine une centaine d’agents de l’agglo (dont une majorité de cadres) avaient daigné y assister. Sur 342 agents avant le transfert de la collecte, 464 si on les inclut, ça fait léger. Il faut croire que la langue de bois lasse...