baignade interdite Espérons que ce ne sera pas ce que l’on lira bientôt sur la porte de la piscine Icéo. Après avoir grandement perturbé le fonctionnement de la patinoire, au point que les enfants d’aujourd’hui ont beaucoup moins de possibilités d’apprendre à aimer la glace que leurs prédécesseurs, voilà que la majorité en place nous annonce qu’après avoir dû fermer l’espace plongeoir, elle va devoir momentanément fermer certains créneaux d’ouverture de la piscine car il n’y a plus assez de maîtres-nageurs. Si cela n’était dû qu’à un vulgaire microbe, on pourrait prendre son mal en patience et attendre. Mais cela semble plus grave docteur.
Si du côté de ceux qui dirigent ont prétend qu’il s’agit de décisions indépendantes de l’administration, du côté des salariés on n’a pas le même avis et il se pourrait que dans une prochaine édition nous revenions sur le sujet.
Une situation regrettable qui une fois de plus réduit les services rendus au public, et qui apparait incompréhensible aux yeux de syndicalistes. L’un d’eux déclare d’ailleurs à la presse locale (VDN) : « Il s’agit d’une mutation…, d’un départ d’un réserviste dans le cadre de l’opération Sentinelle, d’un rapprochement de conjoint dans le sud. Ces personnes ne seraient peut-être pas parties si on n’avait pas détérioré les conditions de travail… Une nouvelle stratégie a été prise l’année dernière au nom d’une plus grande rentabilité de la piscine. Maintenant, face à cette pénurie de personnel, on privilégie les scolaires, qui ne paient pas, au détriment du public payant. Je suis pour que les scolaires viennent, mais je cherche la logique dans les mesures. »