Où l’on reparle de Johnny Hallyday. Mais cette fois c’est pour entrer dans des histoires d’héritage familial, ou plutôt de “déshéritage”, qui n’intéressent que les premiers concernés. Autrement dit, certainement pas vous et moi. Ce qui n’empêche pas les médias, une fois encore, d’en faire des tonnes sur une bataille juridique dont on n’a cure. Car tout de même il y a bien d’autres sujets d’actualité qui méritent eux toute notre attention, pour que l’on ne soit pas obligés de subir les calculs des uns sur la fortune supposée du roi du Rock’n roll, ou les commentaires des autres sur ce qu’auraient déjà perçu Laura et David. Les voies médiatiques sont parfois impénétrables. En tout cas, de nombreux Français attendent mieux de ceux qu’on appelle encore parfois le 5e pouvoir. A ce rythme-là, cette expression sera bientôt morte et enterrée. Nous on préfèrerait que les chaînes d’infos en continue nous parlent du scandale de l’industrie du coton. Un scandale déjà traité en novembre dernier par « Cash Investigation ». L’émission « Tout compte fait » diffusée samedi 10 février et dont le thème était « la face cachée des petits prix », est à son tour revenue sur l’utilisation à outrance des pesticides très dangereux pour la santé pour la culture du coton. Des pesticides qui tuent les paysans qui le cultivent et leurs enfants. Un coton vendu en France par des enseignes comme Zara, H&M, Jennifer ou Benetton. Oui, ce type de sujets nous semblent ô combien plus importants que la question de savoir à qui vont revenir les droits d’auteur de « Retiens la vie » ou « Que je t’aime ». Question de point de vue bien sûr.